Image
image
image
image

circuits électroniques pour le cerveau Incroyable cerveau !
mise à jour : mardi 22 novembre 2016




CLIQUEZ ▶▶▶ site de Jean Annet ◀◀◀ pour la version PDF.

Et… lisez notre commentaire (sur cette page-ci) en bleu à la fin du chapitre Non-locale.



Liens par ordre d'apparence des paragraphes

NE PAS SE LAISSER BERNER PAR LES PENSÉES PUÉRILES

Liens par ordre alphabétique

(retour) | Activités | INFO | nous contacter | TROUVER |  (haut)

INTRODUCTION

Cette page du site reprends dans son entièreté le « DOSSIER DU MOIS » du magazine mensuel « AGENDA PLUS » N° 253 (décembre 2013) écrit par Olivier DESURMONT.

Interface vivante entre le visible et l'invisible, le cerveau humain est l'entité la plus complexe de l'univers actuellement connu. Les recherches en neurosciences se multiplient et repoussent sans cesse les limites pour tenter de le comprendre, tandis que d'autres études convergent vers la fin de l'ancien paradigme selon lequel la conscience serait le produit du cerveau… Plongée au coeur des neurones.

Nous l'avons souvent entendu : les neurones de notre cerveau sont en nombre limité et ne se renouvellent pas ; à partir de l'âge adulte, nous en perdons chaque jour, irrémédiablement… Rien n'est moins vrai ! Nous croyons encore qu'il en est ainsi, car ce dogme scientifique a véhiculé cette fausse vérité durant des décennies. Aujourd'hui, c'est une croyance périmée et elle n'est pas la seule. Les découvertes en neurosciences démontrent que non seulement nos neurones se régénèrent, mais que de nouveaux peuvent constamment se créer et remodeler notre architecture cérébrale, donc notre perception du Réel.

En guise d'introduction, faisons un bref détour historique afin de rappeler que le terme «neurosciences», apparu fin des années '60, désigne la branche des sciences biologiques qui s'intéresse à l'étude du système nerveux, tant du point de vue de sa structure que de son fonctionnement, depuis l'échelle moléculaire jusqu'au niveau des organes. Néanmoins, en tant que discipline scientifique, les neurosciences se situent dans la lignée d'une démarche scientifique bien plus ancienne qui a reçu diverses étiquettes suivant les époques et les méthodes qu'elle a employées. Si le nom d'Hippocrate reste associé à la découverte du rôle du cerveau dans les fonctions mentales, l'histoire de ce que l'on désigne aujourd'hui comme la neurologie et la psychiatrie prend ses origines dans les traités médicaux de l'Égypte ancienne et passe par les écrits des médecins romains, puis arabo-musulmans, pour arriver aux travaux de Descartes. Mais c'est au 18ème siècle que sera véritablement lancée l'étude du fonctionnement du système nerveux grâce à la découverte de la bioélectricité, dont le médecin et physicien Luigi Galvani fut l'un des pionniers. Parallèlement, à la fin du 19ème siècle, ce seront les progrès dans l'optique et la chimie qui permettront de découvrir la structure et l'organisation des neurones. Enfin, toujours à la même époque, l'étude scientifique des patients souffrant de lésions cérébrales formera les prémisses de la neurologie expérimentale et de l'étude des fonctions mentales [cognitives] du système nerveux, future neuropsychologie.

Aujourd'hui, l'étude du système nerveux passe donc par de multiples approches qui suivent deux grandes directions :
• une approche dite ascendante qui étudie les briques de base du système nerveux pour essayer de reconstituer le fonctionnement de l'ensemble ;
• une approche dite descendante qui, en étudiant les manifestations externes du fonctionnement du système nerveux, tente de comprendre comment il est organisé et comment il fonctionne.
Ces deux démarches se rencontrent aujourd'hui au carrefour formé par l'imagerie cérébrale et plus généralement par les neurosciences cognitives.

Même si l'activité la plus médiatisée des neurosciences reste l'atlas neuro-fonctionnel du cerveau, de nombreuses autres sont en plein essor, comme par exemple la neuropsychologie. Une meilleure connaissance des pathologies neuronales est aussi un domaine considéré crucial, notamment avec l'augmentation des pathologies neuro-dégénératives.
On peut aussi citer le développement de la neuro-économie. Dans ce dernier domaine, les recherches auraient montré que certaines décisions dans des secteurs censés être rationnels [achats et ventes en bourse] seraient souvent liées à de fortes excitations et émotions, mettant en jeu des zones du cerveau associées au plaisir ou à la souffrance. Cela ouvre la voie à l'exploration du rôle des émotions dans le processus de décision, quel qu'en soit le domaine.

Ces dernières années, les recherches et les applications des neurosciences, à l'image des réseaux neuronaux qui se sont complexifiés et spécialisés au fil de l'évolution, brossent un tableau de plus en plus vaste de ce que représente notre interface cérébrale. Parcourons quelques-unes des découvertes les plus intéressantes.

Cf. aussi le paragraphe LA CONSCIENCE HUMAINE aux réflexions du mot conscience ainsi que les réflexions du mot émotion.
(retour) | Activités | INFO | nous contacter | NE VOUS LAISSEZ PAS BERNER PAR… |   (haut)

100% |  BHL |  Intro. |  JBT |  MR |  Non-locale |  Plasticité |  Références |  Social |  Super-réseaux

Une étonnante plasticité

Même si nos lobes corticaux sont très spécialisés - les images visuelles sont traitées à l'arrière du crâne, nous entendons et parlons sur les côtés du cerveau [aires de Broca et de Wernicke], nous prêtons attention et analysons avec nos lobes frontaux - les fonctions des différentes zones peuvent se modifier. Sous la pression d'une urgence ou d'une intense motivation, une zone peut même remplir la fonction d'une autre ! Un des exemples les plus étonnants de cette suppléance corticale nous vient des appareils permettant aux aveugles de voir avec leur langue ou via la peau de leur dos, en stimulant la zone de leur cerveau en principe destinée aux perceptions tactiles. Si un aveugle peut apprendre à voir par la peau, c'est que le cerveau est un organe à la plasticité vraiment très modulable !
Citation associée : apprendre.
Des super-réseaux neuronaux

Imaginons l'intérieur de notre crâne : 100 milliards de neurones, chacun doté de 1.000 à 10.000 connexions, assisté de centaines de milliards de cellules gliales, le tout relié électriquement et chimiquement grâce à une centaine de neuromédiateurs.
Fermez les yeux et pensez au visage d'un être cher… Vous venez - à l'instant - d'activer un réseau de quelques dizaines de millions de neurones ! Les trillions de milliards de réseaux possibles forment une entité organique vivante en reconstitution permanente. Une synapse n'y retrouverait pas ses petits…
« Et si nous perdons un neurone par seconde, nous savons désormais que de nouveaux neurones naissent constamment », explique le Professeur Bernard Mazoyer qui dirige le Groupe d'imagerie neurofonctionnelle de Caen. De nouveaux neurones ? Même chez les seniors ? Un dogme s'écroule ! Mieux : on sait maintenant que toute expérience - physique, fonctionnelle ou mentale - fait naître ou remodèle en nous un réseau neuronal. Le neuropsychiatre Boris Cyrulnik précise : « la plasticité neuronale explique, dans le sens négatif, les atrophies cérébrales des enfants abandonnés et, dans le sens positif, la possibilité d'une résilience ». Les neurones d'enfants «ramollis» par l'abandon, sous l'influence d'une nourriture affective, même tardive, se connectent les uns aux autres en autant de nouvelles synapses : « l'irruption de l'amour, poursuit-il, fait littéralement pousser les dentrites [connexions neuronales], comme des tiges de blé jaillissent d'une terre soudain arrosée ».
(retour) | Activités | INFO | nous contacter | NE VOUS LAISSEZ PAS BERNER PAR… |   (haut)

100% |  BHL |  Intro. |  JBT |  MR |  Non-locale |  Plasticité |  Références |  Social |  Super-réseaux

parcours de Jill Bolte Tailor

Liens vers les vidéos Dr Jill Bolte-Taylor (sur youtu.be) :
Première vidéo du Dr Jill Bolte-Taylor (sous-titre français 1/2).
Deuxième vidéo du Dr Jill Bolte-Taylor (sous-titre français 2/2).
Clairement une expérience bouleversante pour l'orientation de sa vie !
(retour) | Activités | INFO | nous contacter | NE VOUS LAISSEZ PAS BERNER PAR… |   (haut)

100% |  BHL |  Intro. |  JBT |  MR |  Non-locale |  Plasticité |  Références |  Social |  Super-réseaux

À 100% de ses capacités

Une autre idée reçue, selon laquelle nous n'utiliserions qu'une partie de nos capacités cérébrales, s'effondre également. D'un point de vue neuronal, c'est faux. Le Professeur Bernard Mazoyer explique, en effet, que notre cerveau travaille à 100% de ses capacités et sans réserve d'énergie, que l'on soit éveillé ou endormi. Mais seulement 1% de cette activité est cognitive, c'est-à-dire accessible à la conscience. « Tout ce qui nous sert à penser, parler, inventer, décider ou bouger ne prend que 1% de l'énergie cérébrale. Le cerveau se sert des 99% restants pour confirmer et reformater sans interruption, à sa guise, tous nos réseaux neuronaux », poursuit le Pr Mazoyer. Bref, nous savions que notre vision du monde était à 100% interprétée par notre cerveau, mais nous ignorions que ce dernier retravaillait en permanence, à notre insu, tous nos réseaux.
Notons que pour certains chercheurs particulièrement intuitifs, les réseaux neuronaux sont assimilés à des antennes réceptrices et émettrices qui captent des informations stockées hors de notre cerveau [et même hors de notre dimension matérielle]. Ainsi, leur remodelage continu modifie sans cesse notre faculté à mémoriser ou rechercher des informations. En d'autres termes, ces modifications structurelles affectent directement l'accès à nos souvenirs et la façon dont nous mémorisons le présent, c'est-à-dire nos futurs souvenirs !
(retour) | Activités | INFO | nous contacter | NE VOUS LAISSEZ PAS BERNER PAR… |   (haut)

100% |  BHL |  Intro. |  JBT |  MR |  Non-locale |  Plasticité |  Références |  Social |  Super-réseaux

Organe social & neurones-miroirs

L'idée d'une intelligence relationnelle n'est pas neuve. Le psychologue Edward Thorndike en parlait déjà en 1920. Mais ce n'était qu'une intuition. Les récents et fulgurants progrès de l'imagerie corticale ont permis de la confirmer scientifiquement. Le cerveau est véritablement un organe neuro-social. Selon les neuropsychologues, la sélection naturelle a favorisé les cerveaux altruistes grâce, notamment, à nos neurones-miroirs. Ces derniers sont une catégorie de neurones du cerveau qui présentent une activité lorsqu'un individu exécute une action ou lorsqu'il observe un autre individu [en particulier de son espèce] exécuter la même action ou encore lorsqu'il imagine une telle action. En neurosciences cognitives, les neurones-miroirs joueraient un rôle dans la cognition sociale, notamment dans l'apprentissage par imitation, mais aussi dans les processus affectifs, tels que l'empathie. Le Pr Vilayanur Ramachandran, une autorité dans le domaine, les appelle d'ailleurs neurones empathiques. « Grâce à eux, nous ressentons la souffrance de l'autre et, en le secourant, nous cherchons également à nous soulager nous-mêmes ». À méditer… Auteur du best-seller Cultiver l'intelligence relationnelle, le psychologue Daniel Goleman prévient : « L'enjeu crucial du XXIème siècle sera d'élargir le cercle de ceux que nous considérons comme «nous» et de réduire le nombre de ceux qui nous apparaissent comme eux. Quand il est épanoui, notre cerveau social nous relie à toute l'humanité ».
(retour) | Activités | INFO | nous contacter | NE VOUS LAISSEZ PAS BERNER PAR… |   (haut)

100% |  BHL |  Intro. |  JBT |  MR |  Non-locale |  Plasticité |  Références |  Social |  Super-réseaux

Une conscience non-locale ?

La conscience est-elle produite par le cerveau ou existe-t-elle en soi ? La question fait débat depuis des millénaires et relève d'un dialogue insoluble entre matérialistes et spiritualistes. Pour paraphraser Albert Einstein, on pourrait dire que l'on ne peut résoudre le problème avec le mode de pensée du cerveau qui l'a engendré… Néanmoins, des découvertes alimentent ce débat de façon inédite. Déjà, en 1998, le neurologue Matthew Botvinick mène une étonnante expérience : on camoufle le bras d'un sujet sous une nappe et, à côté de sa main gauche posée sur la table, on place une fausse main droite en plastique que quelqu'un caresse, tandis que sous la table on caresse aussi la main cachée. Au bout d'un moment, le sujet a la sensation que la main en plastique est à lui, au point de vraiment ressentir quelque chose quand on ne caresse qu'elle ! Mieux : fin 2011, l'Australien Lorimer Moseley, de l'université d'Adélaïde, révèle que ce ressenti illusoire faisait chuter l'immunité du bras caché, autrement dit que ce dernier n'est plus considéré par le cerveau comme une partie du corps !

Notre aptitude à différencier le moi du non-moi, base de la conscience [telle que définie actuellement par la science], peut donc être influencée par un trompe-l'oeil, le cerveau ne faisant pas la différence entre la réalité, le rêve ou l'imaginé. Mais alors, si une subjectivité pure peut tromper le cerveau, n'est-ce pas que la conscience est indépendante de celui-ci ?
Par ailleurs, si l'on analyse les dizaines d'études sur les E.M.I. [Expérience de Mort Imminente - N.D.E. en anglais], notamment celles supervisées par le Dr Pim Van Lommel pendant plus de 8 ans sur des centaines de patient atteints d'arrêt cardiaque, force est de constater que les théories avancées pour expliquer la délocalisation de la conscience au moment des E.M.I. - le manque d'oxygène, la peur de la mort, les drogues, les hallucinations ou même l'affabulation - sont totalement fausses. Il existe désormais un faisceau de faits, scientifiquement établis, qui convergent tous dans le sens d'une indépendance de la conscience. Celle-ci serait juste captée par le cerveau-récepteur durant la vie terrestre.
Comme l'explique Bruce H. Lipton, Docteur en biologie cellulaire : « à la surface de quasiment toutes nos cellules se trouvent de petites protéines, comme des antennes-télé miniatures. Et chaque être humain possède un jeu différent d'antennes. Mais ces antennes ne contiennent pas le programme de l'émission. Non, les antennes reçoivent le programme et l'envoient au téléviseur. Notre identité ne vient donc pas de l'intérieur de la cellule, mais d'une transmission extérieure à la cellule. Si un jour la télévision ne fonctionne plus, nous pouvons dire qu'elle est morte, mais le programme est-il arrêté pour autant ? Nos cellules reçoivent l'émission moi et si notre corps meurt, qu'arrive-t-il à l'émission ? Elle est toujours là, attendant qu'un autre poste avec les mêmes cellules-antennes puisse la capter et continuer sa diffusion ». On entrevoit toute la portée métaphysique de la théorie défendue par le Dr Lipton…
photo dr Bruce H. Lipton
Poussons un cran plus loin : certains des physiciens quantiques les plus audacieux vont même jusqu'à expliquer que, non seulement, la conscience n'est pas produite par le cerveau, mais, à l'inverse, le cerveau et la totalité du monde apparemment matériel ne seraient qu'une pure production de la Conscience, avec un grand C ! Les implications radicales de ces nouvelles visions sont tout bonnement révolutionnaires. Peut-être parce qu'elle sont émises par des scientifiques et que notre cerveau gauche a besoin d'être rassuré ? Toutes les philosophies, traditions spirituelles et religions du monde convergent pourtant dans cette direction depuis toujours et font écho à ce que de plus en plus d'individus ressentent dans leur coeur, notre cerveau de l'amour. Mais cela, c'est une autre histoire…

Pour nous, tantrika, c'est évident.  En faisant partie du Vivant (*), nous sommes incarnés dans un corps d'être humain.  Ce corps est notre temple.  Plus on en prends soin, plus nous pouvons vivre les qualités et possibilités que ce corps nous offre, autant que ces limites et restrictions.  Pour le cerveau c'est exactement la même chose.  Il est évident que notre conscience n'est pas DANS notre cerveau.  La conscience est partout.  À nous de prendre conscience – pertinent, non ? – d'être une partie de cette unité ou… de continuer à nous sentir séparé et établir des explications scientifiques (ou du moins rationnelles) qui expliquent ceci et cela.

Mais vous dans tout ça, où en êtes-vous ?

Cf. aussi les dernières conclusions scientifiques au sujet de la conscience humaine.
(*) Appelez cela « la Conscience Universelle (ou Intelligence Universelle) », « la partie divine », « l'être de lumière », « le tout » ou tout autre concept qui vous convient.
       Cf. la conscience humaine.
Cf. :
• l'histoire quantique ÊTRE MORT.
Documentaire complet en français sur E.M.I. (durée 1h25'51").
Nos réflexions au sujet de la mort.
(retour) | Activités | INFO | nous contacter | NE VOUS LAISSEZ PAS BERNER PAR… |   (haut)

100% |  BHL |  Intro. |  JBT |  MR |  Non-locale |  Plasticité |  Références |  Social |  Super-réseaux

Matthieu Ricard

(retour) | Activités | INFO | nous contacter | NE VOUS LAISSEZ PAS BERNER PAR… |   (haut)

100% |  BHL |  Intro. |  JBT |  MR |  Non-locale |  Plasticité |  Références |  Social |  Super-réseaux

Références

À LIRE

Dans « Votre cerveau n'a pas fini de vous étonner », Patrice van Eersel dialogue avec cinq spécialistes, tous médecins et chercheurs : le neuropsychiatre et éthologue Boris Cyrulnik, qui démontre que la résilience repose sur la plasticité neuronale ; le neuro-pharmacologue Pierre Bustany, qui raconte comment les nouvelles technique d'imagerie cérébrale ont révolutionné notre vision de la psyché ; le psychiatre Jean-Michel Oughourlian, qui établi le lien entre les nerones mirroir et le concept de désir mimétique ; le psychiatre Christophe André qui met en pratique des découvertes des neuro-cognitivistes sur les moines en méditation et le psychothérapeute Thierry Janssen, qui s'intérroge sur la médecine d'Orient, peut-être mieux outillée que la nôtre pour comprendre le cerveau. Un ouvrage co-édité par Clés et Albin Michel.

Litérature :
  • « Le cerveau sur mesure » de J-D. Vincent et P-M. Lledo chez Odile Jacob
  • « Le cerveau de Bouddha » de R. Hanson et R. Mendius aux Ed. Les Arènes
  • « Voyage au-delà de mon cerveau » du Dr Jill Bolte Taylor aux Éditions J.- C. Lattès
  • « Votre cerveau n'a pas fini de vous étonner », collectif co-éditions Clés & Albin Michel [voir ci-dessus]
  • articles de Patrice van Eersel [Nouvelles Clés – Notre cerveau est génial]
  • Le Monde du Graal
  • Wikipédia.
Paru dans l'Agenda Plus N° 253 de décembre 2013
TAGS (MOTS CLEFS & NOMS PROPRES) :
cerveau, neurones, Matthieu Ricard, Dr Jill Bolte-Taylor, Dr Bruce H. Lipton,
anxiété, dépression, Neurones miroirs, Dr Pim Van Lommel, E.M.I., NDE,
Edward Thorndike, psychologue, Stephen Kosslyn, Matthew Botvinick.

Fin du dossier de l'Agenda Plus N° 253 de décembre 2013


(retour) | Activités | INFO | nous contacter | NE VOUS LAISSEZ PAS BERNER PAR… |   (haut)

100% |  BHL |  Intro. |  JBT |  MR |  Non-locale |  Plasticité |  Références |  Social |  Super-réseaux

NE PAS SE LAISSER BERNER PAR LES PENSÉES PUÉRILES
métaphore de l'ineptie des personnes croyant bien faire
Qu'on ait une défaillance due à une lésion ou qu'il y a une partie du cerveau morte, si on veut récupérer, il est toujours nécessaire d'être motivé, d'avoir de la persévérance et de continuer pendant de longues années de travailler les qualités perdues ou endommagées.
Ne croire que dans la plasticité du cerveau reste puéril.
Comme toujours LE CHOIX EST VOTRE !
CROIRE ou FAIRE LE NÉCESSAIRE.
(retour) | Activités | INFO | nous contacter | NE PAS SE LAISSER BERNER |   (haut)

100% |  BHL |  Intro. |  JBT |  MR |  Non-locale |  Plasticité |  Références |  Social |  Super-réseaux
image
image
image